L'alliance (ASF)

 

Europe



R.Atkinson Le 04-04-2019 par R. Atkinson -    
 

Les traités d'Aix la Chapelle et de l'Elysée sont ils une menace pour la Russie et pour l'occident ?


« Voici un grand article d'une importance capitale ». Bernard CHALUMEAU (Alliance pour la souveraineté de la France).

Le traité franco-allemand d'Aix la Chapelle, signé tout récemment, et ses prédécesseurs qu'il renforce (Traité de l'Elysée de 1963 et de  Nuremberg en 1996) contreviennent à l'important Traité de Moscou qui limitait le pouvoir militaire et politique de l'Allemagne à la fin de la guerre froide.

Il est particulièrement surprenant de constater que, de nos jours, la France et l'Allemagne, Etats membres de l'UE , puissent signer un traité établissant une assemblée parlementaire paritaire avec des politiques communes en matière de défense et de sécurité, alors que  la Grande-Bretagne n'est même pas autorisée à signer des accords commerciaux avec d'autres pays tant qu'elle se trouve dans l'UE!…

Malgré les avertissements de nombreux experts en géopolitique et de deux grandes figures de la politique étrangère issus de la guerre froide (George Kennan and Henry Kissinger), la Grande Bretagne, l'Europe Allemande et les Etats Unis d'Amérique se joignirent pour faire la guerre à la Russie. En abandonnant les deux plus grands traités sur le nucléaire de l'Histoire, en promouvant la prise en charge par l'Union européenne des États démocratiques indépendants nouvellement créés en Europe orientale (au moment ou l'Union soviétique communiste s'effondrait), en déployant des forces armées jusqu'à la frontière russe et en instaurant un embargo commercial et des sanctions sur la Russie, nous, les britanniques, avons suivi les objectifs impériaux historiques de ces puissances franco-allemandes auxquelles nous avions résisté pendant deux siècles. Les États-Unis voient maintenant l'équivoque de ces menaces alors que les troupes russes pénètrent au Venezuela!

LE TRAITÉ DE MOSCOU

(Ce « Traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne » fut signé à Moscou, Union soviétique, le 12 septembre 1990).

Après l'éclatement de l'Union soviétique, le traité de Moscou de 1990 entre le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, l'URSS / la Russie, l'Allemagne Fédérale et la République Démocratique Allemande, visait à faire en sorte que l'Allemagne ainsi réunifiée « avec ses frontières définitives », soit « une contribution significative à la paix et la stabilité en Europe ». L'Allemagne réunifiée se déclarant comme « n'ayant aucune revendication territoriale quelle qu'elle soit vis-à-vis d'autre Etats et qu'elle n'en aurait pas à l'avenir ».

Cette dernière affirmation peut être remise en cause actuellement, alors que la Banque Centrale Européenne est située à Francfort, que l'euro maîtrise les territoires, la politique et l'économie des 18 États qui utilisent cette monnaie (en réalité allemande).
Voir à ce sujet : « l'euro est plus puissant que la guerre et la dette plus puissante que les forces armées » :

L'effet dévastateur de cette monnaie et le pouvoir des ministres des finances de l'"Eurogroupe" dominé par l'Allemagne sur les États anciennement souverains de l'UE,  transforment en farce l'engagement pris par l'Allemagne dans le traité de Moscou de « n'avoir aucune revendication contre d'autres Etats »

Dans son livre, l'ancien ministre grec des Finances grec, Janis Varufakis, en décrivant comment Allemagne a pris le contrôle et a exploité son pays pour soutenir l'euro, fait la démonstration la plus claire et la plus probante des nouvelles « revendications » allemandes!

Par le traité de Moscou, la France, l'URSS (future Russie), le Royaume-Uni et les États-Unis ont garanti les frontières définitives de l'Allemagne réunifiée. Cette dernière acceptant de réduire le nombre des personnels de ses forces armées à 370 000 au total  (avec 345 000 pour les forces terrestres et aérienne réunies), « réaffirme sa renonciation à la fabrication, à la  possession et au contrôle d'armes atomiques, biologiques et chimiques, et que ces engagements seront respectés ».

Mais c'est précisément ce qu'une série de traités franco-allemands signés au cours des 50 dernières années ont accordé à l'Allemagne !

Ceux-ci ont abouti à l'inquiétant Traité d'Aix-la-Chapelle signé cette année le 22 janvier 2019 par Macron et Merkel…

Le Traité de Moscou stipulait en outre qu'aucune force armée étrangère, aucune arme nucléaire ou aucun vecteur d'armes nucléaires ne devrait stationner ni être déployé dans la région de Berlin et de l'ancienne Allemagne de l'Est, pour en faire une zone dépourvue d'armes nucléaires. L'armée allemande ne pouvant déployer que des systèmes d'armes classiques.

Mais aujourd'hui, des milliers de soldats de l'OTAN stationnent bien au-delà du territoire de l'ex l'Allemagne de l'Est, en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, tandis que les Etats-Unis installent actuellement une base militaire permanente en Pologne. D'autres bases militaires se trouvent en Roumanie et en Bulgarie et le long de la côte de la mer Noire.

Les traités de l'Elysée, de Nuremberg et d'Aix la Chapelle :

Le traité franco-allemand de 1996 de Nuremberg a adopté le concept de communautarisation des forces armées, y compris des armes nucléaires entre la France et l'Allemagne. Le protocole additionnel de 1988 au traité de l'Élysée de 1963 prévoyait la « combinaison appropriée de forces nucléaires et conventionnelles » de la France et de l'Allemagne et instituait un « Conseil franco-allemand de défense et de sécurité » auquel participait de plein droit le Chef d'Etat Major des Armées françaises et l'Inspecteur général de la Bundeswehr.

Ces dispositions sont en totale contradiction avec le traité de Moscou de 1990, qui interdit à l'Allemagne de disposer d'un « pouvoir de décision sur les armes atomiques ».

En 2019, l'accumulation continue d'illégalités issue de ces traités culmine avec le traité d'Aix-la-Chapelle, qui a créé une Assemblée parlementaire franco-allemande réunissant des membres de l'Assemblée nationale et du Bundestag, présidée par le président de l'Assemblée nationale française et par le président du Bundestag allemand. Les autorités allemandes et françaises exigeant que les décisions de cette assemblée paritaire soient « transformées en action ». L'assemblée « suivra les décisions du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité » et « formulera des proposition sur toute question intéressant les relations franco-allemandes en vue de tendre vers une convergence des droits français et allemands » (Article 6 de l'accord constitutif de l'Assemblée parlementaire franco-allemande).

Il doit y avoir une approche coordonnée des intentions législatives de l'Union européenne avec un « mécanisme d'alerte précoce » des politiques pour lesquelles elle souhaite adopter une position commune.

Le chapitre III de cet Accord parlementaire du traité d'Aix la Chapelle stipule même que:

« S'il existe des obstacles juridiques à la législation transfrontalière (franco-allemande), le Bundestag allemand et l'Assemblée nationale française adopteront des lois contraires à la législation nationale »


Incroyable, non ?


Mais pourtant écrit noir sur blanc au Chapitre III de l'accord constitutif de l'Assemblée franco-allemande du traité d'Aix la Chapelle.

Les eurosceptiques et les patriotes français sont naturellement bouleversés par ces traités. La Russie elle-même devrait donc être particulièrement inquiète. Les Britanniques et les Américains devraient voir le danger d'un contrôle excessif des Allemands sur la sphère politique et militaire franco-allemande en promouvant une armée européenne distincte de l'OTAN.

Comme la plupart des mouvements historiquement les plus redoutables de la géopolitique, ces évolutions funestes furent progressives, favorisant apparemment l'amitié et la coopération,  apparaissant chaque fois de faible importance. Mais l'accumulation de ces traités entre 1963 et 2019 a démontré le mépris des Français et de l'Allemagne pour les sensibilités et les droits démocratiques des autres États de l'UE et a constitué une menace considérable pour l'équilibre des pouvoirs en Europe.

Par Rodney ATKINSON (Contributeur Britannique)

Source de cet article: freenations.net


Livres publiés par l'auteur:

    • Europe's full circle (ou sur Amazon)
    • And into the fire (ou sur Amazon)

Tous ces ouvrages sont disponibles sur Amazon ou directement chez freenations

Lien permanent

Partager :  

Note aux lecteurs du site

Pour apporter votre contribution ou suggérer un article, écrivez nous.





L'Europe




Albanie, Allemagne, Andorre, Arménie1, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre1, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Malte, Moldavie, Monaco, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Saint-Marin, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Ukraine et Vatican.



Version audio



Autres articles



Comment abolir le funeste Traité d'Aix la Chapelle
Suite 


De l'illégalité du traité d'Aix la Chapelle
Suite 


Les traités d'Aix la Chapelle et de l'Elysée sont ils une menace pour la Russie et pour l'occident ?
Suite 


A la découverte du traité franco-allemand d'Aix la Chapelle.
Suite 


MUTINERIE SUR LE NAVIRE DES FOUS DE L'UNION EUROPÉENNE
Suite 


BREXIT : L'HEURE DE VÉRITÉ POUR LA SURVIE DE L'UNION
Suite 


Le Traité de Lisbonne: un complot contre les nations libres de l'Europe
Suite 


Brexit : l'UE méconnaît le droit international et veut rançonner l'Angleterre!
Suite 


UE - Brexit - Invalidité de l'article 50 : Quitter l'Union selon le droit international
Suite 


La Commission de Bruxelles en folie : la directive « Essuie-glaces ».
Suite 


UE - Le Brexit : de quoi s'agit-il ?
Suite 


Derrière les réformes Macron: l'Euro!
Suite 


UE - Brexit
Suite 


Légalité du drapeau de l'union
Suite 


La commission de Bruxelles en folie : le réglement "bananes"
Suite 


L'Europe
Suite 


Georges Berthu: "Crise de l'euro: trois scénarios"
Suite 


Pierre LEFRANC: "Les mots de référence: l'indépendance !…"
Suite 


Daniel Carrez: "Vers une France Libre et Souveraine…"
Suite 


Vladimir Poutine: "L'Europe devrait se montrer plus indépendante des USA"
Suite 


CITATIONS DE CHARLES DE GAULLE SUR L'EUROPE
Suite 


C'est quoi L'EUROPE ?
Suite 


La Cour de Justice européenne a tous les droits, y compris de permettre les atteintes aux droits et libertés constitutionnels
Suite 


Citation de VLADIMIR POUTINE sur L'UE
Suite 



Divers


« Bienvenue ! La Direction de souverainete-france vous remercie de votre visite »
Site hébergé par SAS OVH - Code du site réalisé sous © et avec la collaboration de bénévoles sans outils web  -  pour navigateurs HTML5 IE, OPERA, Chrome et firefox (1024x768 minimum)
La direction a fait les démarches nécessaire pour toutes les autorisations de publications d'images et des textes. Merci de bien vouloir signaler toutes mentions de copyright © omises. Le site et concepteurs ne peuvent être responsables ni du contenu ni des avis éventuellement exposés
X

Mentions légales



Propriétaire du site Internet "souverainete-france":
Bernard Chalumeau - Membre fondateur "Alliance pour la souveraineté de la France" (loi 1901)
BP 20 - 77411 Claye Souilly

Propriété et hébergeur : - Le nom des domaines "souverainete-france" (org, fr, com) appartiennent à M.Bernard Chalumeau - Les sites sont hébergés par SAS OVH
Important: Les droits de propriété intellectuelle afférent aux sites "souverainete-france" appartiennent à Monsieur Bernard Chalumeau.
Toute utilisation, reproduction, diffusion, commercialisation, modification de toute ou partie du site, sans l’autorisation de l'Alliance pour la souveraineté de la France est prohibée et pourra entraînée des actions et poursuites judiciaires telles que notamment prévues par le code de la propriété intellectuelle et/ou le code civil.

Objet statutaire de l'Alliance pour la souveraineté de la France (J.O du 31/01/1998) : L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE est un cercle de réflexion politique, économique, culturelle et sociale.
Elle a notamment pour but de réunir et de coordonner l’action et la réflexion de ses membres, de contribuer au débat public par des études et des analyses, particulièrement par l’édition et/ou la réunion de textes de référence de ceux qui tiennent à l’indépendance nationale (législative, politique, institutionnelle, administrative, territoriale, militaire, diplomatique, énergétique, fiscale, patrimoniale, économique, monétaire, bancaire, industrielle, commerciale, agricole, écologique, numérique, culturelle, linguistique, sociale, et autres), au respect de la souveraineté de la France qui est « une, indivisible, inaliénable et imprescriptible » et du principe de la compétence de la compétence.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE propose des alternatives à toute démarche, à tout traité, à tout acte, projeté ou existant, qui contreviendrait à ces principes au sens des membres de l’association, ou à ceux de la Constitution de la Vème République approuvée par référendum, norme suprême du peuple français, étant entendu que tout texte adopté par le biais d’un référendum ne peut être modifié ou abrogé que par référendum.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE a vocation à conduire sa réflexion et son action tant au plan national qu’international.
Elle promeut l’unité de la Nation française, de son identité et de sa culture, et la pérennité des français en tant que peuple, par le respect de la protection universelle de tout humain.
Elle diffuse les résultats de ses réflexions à la population ainsi qu’aux décideurs, y compris politiques, par tous moyens de communication usuels, sans restriction, et notamment par le biais de son site Internet.
Elle agit par ses propres moyens et par ceux des associations adhérentes.

Note concernant les cookies:
Ce site utilise les cookies pour son bon fonctionnement. Pour en savoir plus
Toute données enregistrées lors d'une adhésion dont @ip sont traitées en toute confidentialité avec droit de consultation/rectification par l'intéressé