L'alliance (ASF)

 

Europe



A.Noble Le 18-03-2018 par A. Noble -    
 

Le Traité de Lisbonne: un complot contre les nations libres de l'Europe.


Le Traité de Lisbonne de 2007 remplace le projet de Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Il modifie le Traité sur l'Union européenne (Traité de Maastricht) et le Traité instituant la Communauté européenne (Traité de Rome).

Les déclarations de hautes personnalités à l'époque de la signature du Traité de Lisbonne reproduites dans cet article, prouvent sans le moindre doute, que ce traité constitue un complot contre les nations libres de l'Europe. Un complot conçu voler leur liberté et les priver de leur souveraineté pour les dissoudre peu à peu, à leur insu, dans un Super État.

Ces déclarations constituent la preuve manifeste que les peuples de l'Europe ont été et demeurent les victimes de mensonges systématiques proférés par de dangereux conspirateurs.

Je suis reconnaissant envers l'auteur du livre « Les racines nazies de l'UE de Bruxelles » publié en 2010 par la « Docteur Rath Health Foundation » ,pour m'avoir permis de déterminer l'origine des ces citations.

Les politiciens impliqués à tromper les électeurs devraient être démasqués, poursuivis en justice et les institutions de l'Union Européenne déclarées illégales.

Monsieur Rodney Atkinson nous confirme que le Droit International reconnaît que tous les traités signés sur la base de tromperie et de manipulation ne sont pas valables. Voir à ce sujet mon article en langue anglaise : « Le fascisme de l'UE dévoilé : le complot du Traité de Lisbonne ». 


Déclarations relatives à la comparaison du Traité de Lisbonne avec la Constitution Européenne rejetée:


L'opinion publique sera amenée à adopter, sans le savoir, les propositions que nous n'osons pas leur présenter directement. Toutes les propositions de la Constitution Européene seront incluses dans le nouveau texte, mais elles seront cachées et déguisées de diverses façon.

L'essentiel de la Constitution est retenu. C'est un fait.



La bonne chose en ne l'appelant pas « Constitution » c'est que personne ne peut demander un référendum pour l'approuver.



L'essentiel de ce qui a été convenu en 2004 est retenu. Ce qui a disparu c'est l'appellation Constitution.



C'est ainsi qu'on a pu remplacer la simplicité par l'incompréhensibilité quasi totale pour aborder la question de la réforme de l'Union Européenne. Quant aux modifications apportées au Traité Constitutionnel, ce sont pour la plupart des modifications dans la présentation qui ne produisent aucun effet pratique. Elles ont été conçues tout simplement pour permettre à certains chefs de gouvernement de vendre à leurs concitoyens l'idée de la ratification du Traité par la voie parlementaire plutôt que par celle du référendum.



Déclarations sur la question de la compréhensibilité du Traité par les citoyens:

  •  Giuliano Amato, Ex-Premier Ministre d'Italie et Vice-Président de la Convention qui a préparé la Constitution Européenne; Open Europe, The Centre for
European Reform, London, le 12 juillet 2007


Ils ont décidé que le document serait illisible. S'il est illisible, il n'a rien à voir avec une constitution. C'était comme ça leur façon de penser. Mettez-vous à la place d'un Premier Ministre britannique qui pourrait déclarer à la Chambre: « Écoutez, vous voyez que c'est absolument illisible, c'est un traité typique de Bruxelles, rien de nouveau, pas besoin d'un référendum. Si vous aviez réussi à le comprendre à première vue, peut-être qu'un référendum aurait été nécessaire, car cela indiquerait qu'il contient quelque chose de nouveau.



Le but du traité instituant une Constitution pour l'Europe était d'être lisible. Le but du Traité de Lisbonne est d'être illisible. La Constitution avait l'intention d'être claire, alors qu'il fallait que ce traité soit obscur. C'est une réussite.



Déclarations sur le « N/ON » de l'Irlande au Traité de Lisbonne en 2008 :

Tous les leaders politiques savent bien que si on posait une telle question à leur électorat au moyen d'un référendum, la réponse dans 95 pourcent des cas aurait été également « NON



Déclarations sur le rejet des Français en 2005 de la Constitution pour l'Europe avec laquelle le Traité de Lisbonne partage la quasi totalité de son contenu:

  • Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, discours pendant une réunion de Membres du Parlement Européen; The Telegraph, du 14 novembre 2007

La France a été la première de tous les autres pays à voter NON.Ca serait la même chose dans tous les Etats membres de l'UE où il y aurait un référendum car les peuples voteraient « NON ». Il y a une fracture entre les peuples et leurs gouvernements. Maintenant un référendum mettrait l'Europe en danger. Il n'y aurait aucun traité si on organisait un référendum en France qui serait suivi par un référendum au Royaume-Uni.



Le référendum du 29/05/2005 et le « NON » du peuple français ont été habilement contournés et le traité de Lisbonne en 2007 a effacé et remplacé les voix de millions de français, peuple pourtant constitutionnellement souverain



Déclaration sur la confiscation du pouvoir et de la souveraineté des peuples:


Je crois que c'est une mauvaise idée de remplacer cette méthode lente et effective – qui garde les pays libres d'appréhension lorsqu'on leur enlève le pouvoir – par une méthode à pas de géant. Je préfère donc avancer lentement, effriter des morceaux de souveraineté peu à peu en évitant des passages brusques entre la puissance nationale et la puissance fédérale. C'est comme ça, à mon avis, qu'il nous faut construire la politique commune de l'Europe.



 Arthur Noble
 Professeur honoraire de langue et de littérature allemandes aux universités de Metz et Nancy 2

Lien permanent

Partager :  

Note aux lecteurs du site



Pour apporter votre contribution ou suggérer un article, écrivez nous.





L'Europe




Albanie, Allemagne, Andorre, Arménie1, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre1, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Malte, Moldavie, Monaco, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Saint-Marin, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Ukraine et Vatican.



Version audio



Divers


« Bienvenue ! La Direction de souverainete-france vous remercie de votre visite »
Site hébergé par SAS OVH - Code du site réalisé sous © et avec la collaboration de bénévoles sans outils web  -  pour navigateurs HTML5 IE, OPERA, Chrome et firefox (1024x768 minimum)
La direction a fait les démarches nécessaire pour toutes les autorisations de publications d'images et des textes. Merci de bien vouloir signaler toutes mentions de copyright © omises. Le site et concepteurs ne peuvent être responsables ni du contenu ni des avis éventuellement exposés
X

Mentions légales



Propriétaire du site Internet "souverainete-france":
Bernard Chalumeau - Membre fondateur "Alliance pour la souveraineté de la France" (loi 1901)
BP 20 - 77411 Claye Souilly

Propriété et hébergeur : - Le nom des domaines "souverainete-france" (org, fr, com) appartiennent à M.Bernard Chalumeau - Les sites sont hébergés par SAS OVH
Important: Les droits de propriété intellectuelle afférent aux sites "souverainete-france" appartiennent à Monsieur Bernard Chalumeau.
Toute utilisation, reproduction, diffusion, commercialisation, modification de toute ou partie du site, sans l’autorisation de l'Alliance pour la souveraineté de la France est prohibée et pourra entraînée des actions et poursuites judiciaires telles que notamment prévues par le code de la propriété intellectuelle et/ou le code civil.

Objet statutaire de l'Alliance pour la souveraineté de la France (J.O du 31/01/1998) : L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE est un cercle de réflexion politique, économique, culturelle et sociale.
Elle a notamment pour but de réunir et de coordonner l’action et la réflexion de ses membres, de contribuer au débat public par des études et des analyses, particulièrement par l’édition et/ou la réunion de textes de référence de ceux qui tiennent à l’indépendance nationale (législative, politique, institutionnelle, administrative, territoriale, militaire, diplomatique, énergétique, fiscale, patrimoniale, économique, monétaire, bancaire, industrielle, commerciale, agricole, écologique, numérique, culturelle, linguistique, sociale, et autres), au respect de la souveraineté de la France qui est « une, indivisible, inaliénable et imprescriptible » et du principe de la compétence de la compétence.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE propose des alternatives à toute démarche, à tout traité, à tout acte, projeté ou existant, qui contreviendrait à ces principes au sens des membres de l’association, ou à ceux de la Constitution de la Vème République approuvée par référendum, norme suprême du peuple français, étant entendu que tout texte adopté par le biais d’un référendum ne peut être modifié ou abrogé que par référendum.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE a vocation à conduire sa réflexion et son action tant au plan national qu’international.
Elle promeut l’unité de la Nation française, de son identité et de sa culture, et la pérennité des français en tant que peuple, par le respect de la protection universelle de tout humain.
Elle diffuse les résultats de ses réflexions à la population ainsi qu’aux décideurs, y compris politiques, par tous moyens de communication usuels, sans restriction, et notamment par le biais de son site Internet.
Elle agit par ses propres moyens et par ceux des associations adhérentes.

Note concernant les cookies:
Ce site utilise les cookies pour son bon fonctionnement. Pour en savoir plus
Toute données enregistrées lors d'une adhésion dont @ip sont traitées en toute confidentialité avec droit de consultation/rectification par l'intéressé