L'alliance (ASF)

 

Droit



J.Trémolet de Villers Le 13-11-2019 par Me J. Trémolet de Villers
 

Un acte de violence contre le droit


La bataille de la PMA est engagée. Médecins et philosophes, hommes de science et hommes de foi échangent leurs arguments. L'enjeu est de taille. Mais cet enjeu appelle d'abord l'engagement des juristes.

Contrairement à ce qu'a laissé entendre le président de la République, il ne s'agit pas d'une question de technologie, il ne s'agit pas non plus d'accompagner une « nécessaire évolution des moeurs » déjà prise en compte par le mariage ouvert aux personnes d'un même sexe. Il s'agit de l'assise même du droit des gens dont les fondements sont dans le droit de la filiation.

Les Romains, pères du droit, l'avaient déterminé dans une formule célèbre de présomption légale « pater is est quem nuptiae demonstrant », le père est celui que les noces désignent. La filiation maternelle est évidente par l'accouchement. La filiation paternelle ne peut être que présumée. C'est le mariage qui crée cette présomption. En dehors du mariage, c'est la reconnaissance volontaire par le père ou l'action en reconnaissance de paternité engagée par la mère, au nom de l'enfant, qui établissent cette paternité.

Le père est donc, par la nature, le plus incertain. Il tient sa place par la force du droit.

La nature dit la mère. Le droit dit le père. La maternité est un fait naturel. La paternité est une institution.


 Il y a donc un lien indissoluble entre société, droit et paternité. Qui porte atteinte à la paternité met en danger la société. C'est le droit qui fait le liant entre la nature et la société. Là est la responsabilité du juriste. Voilà longtemps que les juristes ont oublié cette responsabilité fondamentale.

On leur a dit – et ils se sont persuadés – qu'ils étaient les organisateurs d'une société donnée avant eux. Ce n'est pas faux. Mais c'est incomplet. Les voici affrontés à leur vocation initiale. Ils ne sont plus seulement les rédacteurs du code pour vivre ensemble, les commentateurs jusqu'à la nausée des déclarations de droits de l'homme. Pour s'organiser ou composer ensemble le jeu de ces droits subjectifs de la personne humaine, encore faut-il qu'il y ait des personnes humaines, c'est-à-dire des fils.

Le fils – liber, en latin – est sujet de droit, alors que l'esclave – qui est une chose – ne l'est pas. Le droit commence avec la reconnaissance du fils. Avec lui vient aussi la liberté.

  Pour qu'il y ait un fils, il faut un père. La PMA supprime le père. Elle supprime donc l'origine du lien social. Elle est hors du droit.


Légiférer hors du droit

Comment le législateur peut-il légiférer hors du droit ? En fait, ce n'est pas impossible. Tous les tyrans, les démagogues l'ont fait. Mais les juristes, les vrais, ont alors rappelé avec saint Thomas d'Aquin, après Aristote et Cicéron, et après Antigone, qu'une « loi injuste n'est pas une loi ». C'est un acte de despotisme, une contrainte qui n'a d'autre fondement que la puissance arbitraire, un abus de majorité.

Un parlement peut prétendre faire des lois, mais si ce qu'il vote et que le Président promulgue n'est pas selon le droit et, dans le cas de la PMA, déconstruit le droit, son texte n'est pas, au sens fort, une loi. C'est un acte de violence contre la loi et le droit. Tous les juristes de France, d'Europe et du monde doivent se lever contre cette volonté monstrueuse de permettre, par une caricature de loi, la destruction du lien social premier, celui qui relie le fils à son père.

Les latins avaient institué les fêtes des liber-pater, associant fils et père à l'âge de la virilité et de la fécondité. Le phallus était alors mis à l'honneur, instrument de la virilité, de la fécondité et de la paternité. La déconstruction du droit est aussi l'assassinat du phallus.

Jacques Trémolet de Villers
Avocat à la Cour

Lien permanent

Partager :  

Note aux lecteurs du site

Pour apporter votre contribution ou suggérer un article, écrivez nous.





Version audio



Divers



PMA, les masques tombent et c'était prévisible car les directives de l'UE devienne à therme des loi françaises. La ministre Jubile...


« Bienvenue ! La Direction de souverainete-france vous remercie de votre visite »
Site hébergé par SAS OVH - Code du site réalisé sous © et avec la collaboration de bénévoles sans outils web  -  pour navigateurs HTML5 IE, OPERA, Chrome et firefox (1024x768 minimum)
La direction a fait les démarches nécessaire pour toutes les autorisations de publications d'images et des textes. Merci de bien vouloir signaler toutes mentions de copyright © omises. Le site et concepteurs ne peuvent être responsables ni du contenu ni des avis éventuellement exposés
X

Mentions légales



Propriétaire du site Internet "souverainete-france":
Bernard Chalumeau - Membre fondateur "Alliance pour la souveraineté de la France" (loi 1901)
BP 20 - 77411 Claye Souilly

Propriété et hébergeur : - Le nom des domaines "souverainete-france" (org, fr, com) appartiennent à M.Bernard Chalumeau - Les sites sont hébergés par SAS OVH
Important: Les droits de propriété intellectuelle afférent aux sites "souverainete-france" appartiennent à Monsieur Bernard Chalumeau.
Toute utilisation, reproduction, diffusion, commercialisation, modification de toute ou partie du site, sans l’autorisation de l'Alliance pour la souveraineté de la France est prohibée et pourra entraînée des actions et poursuites judiciaires telles que notamment prévues par le code de la propriété intellectuelle et/ou le code civil.

Objet statutaire de l'Alliance pour la souveraineté de la France (J.O du 31/01/1998) : L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE est un cercle de réflexion politique, économique, culturelle et sociale.
Elle a notamment pour but de réunir et de coordonner l’action et la réflexion de ses membres, de contribuer au débat public par des études et des analyses, particulièrement par l’édition et/ou la réunion de textes de référence de ceux qui tiennent à l’indépendance nationale (législative, politique, institutionnelle, administrative, territoriale, militaire, diplomatique, énergétique, fiscale, patrimoniale, économique, monétaire, bancaire, industrielle, commerciale, agricole, écologique, numérique, culturelle, linguistique, sociale, et autres), au respect de la souveraineté de la France qui est « une, indivisible, inaliénable et imprescriptible » et du principe de la compétence de la compétence.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE propose des alternatives à toute démarche, à tout traité, à tout acte, projeté ou existant, qui contreviendrait à ces principes au sens des membres de l’association, ou à ceux de la Constitution de la Vème République approuvée par référendum, norme suprême du peuple français, étant entendu que tout texte adopté par le biais d’un référendum ne peut être modifié ou abrogé que par référendum.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE a vocation à conduire sa réflexion et son action tant au plan national qu’international.
Elle promeut l’unité de la Nation française, de son identité et de sa culture, et la pérennité des français en tant que peuple, par le respect de la protection universelle de tout humain.
Elle diffuse les résultats de ses réflexions à la population ainsi qu’aux décideurs, y compris politiques, par tous moyens de communication usuels, sans restriction, et notamment par le biais de son site Internet.
Elle agit par ses propres moyens et par ceux des associations adhérentes.

Note concernant les cookies:
Ce site utilise les cookies pour son bon fonctionnement. Pour en savoir plus
Toute données enregistrées lors d'une adhésion dont @ip sont traitées en toute confidentialité avec droit de consultation/rectification par l'intéressé