ASF: Europe



 

Europe



A.Noble Le 29-03-2019 par A. Noble -    
 

MUTINERIE SUR LE NAVIRE DES  FOUS DE L'UNION EUROPÉENNE


Par le Professeur Arthur Noble.

Le «navire des fous» est une allégorie du livre VI de la République de Platon, écrit vers 380 av. J.-C., mais il a un parallèle étroit avec le «navire» que nous appelons aujourd'hui l'Union européenne. En fait, le bateau de Platon est, jusqu'à un certain point, le parfait exemple de l'UE. Son capitaine est l'équivalent des élites collectives bruxelloises aujourd'hui. Son équipe et lui sont tous métaphoriquement «en mer», c'est-à-dire qu'ils dérivent sans aucune idée de leur destination ni de la destination de leur précieux projet de Super Etat européen. Pire encore, ils semblent ignorer que leur navire est en train de couler rapidement. Le capitaine, bien que plus volontaire que tout autre membre de son équipage, est malentendant, sa vue est faible et ses connaissances en matière de navigation sont défectueuses.

Les membres de l'équipage, à l'instar des dirigeants des pays membres de l'UE, se disputent mutuellement sur la manière de diriger le navire et dans quelle direction. Ils implorent le capitaine de les laisser contrôler la barre, tout en admettant qu'ils n'ont jamais appris les rudiments de la navigation.

Les événements chaotiques qui se déroulent au sein de l'UE résultent du fait que ni les dictateurs de Bruxelles ni leurs loyalistes ne savent où ils vont. Ils intimident et menacent leurs adversaires et les forcent à modifier toute opinion exprimée démocratiquement en revotant les référendums jusqu'à ce que la réponse souhaitée soit donnée. Malgré le fait que leur projet européen leur manque, ils s'y accrochent obstinément, en prenant en otage les membres de leur équipage qui se mutinent, comme pour faire sombrer tout le projet dans une intense volonté morbide.

Ici se termine la similitude avec l'allégorie de Platon. Après que le Royaume-Uni ait retrouvé sa raison d'être et ait voté l'abandon du navire, plus de la moitié de la population européenne a exprimé son désir d'être libérée des crocs de l'élite bruxelloise, mais, à l'instar de la nouvelle révolution française des Gilets jaunes, elle a été ignorée. Le résultat a été la fissure la plus grave à ce jour dans la structure fondamentale de l'UE - une division du bloc en deux camps distincts et opposés - mondialistes et populistes - qui sont maintenant enfermés dans un conflit qui détruira totalement l'UE ou qui  la modifiera radicalement.

Un nouveau Traité.

Le 22 janvier 2019, cinquante-six ans exactement après la signature du traité d'amitié et de coopération entre leurs prédécesseurs, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, le Traité de l'Elysée (1),  axé sur les questions relatives à l'Union européenne, le président Macron et la calamiteuse chancelière Merkel, firent une tentative désespérée pour sauver le partenariat franco-allemand en train de sombrer alors qu'il était jusqu' ici le pilier de l'UE.

La symbolique de leur nouvel accord, appelé Traité d'Aachen, ne pourrait être plus significatif: Aachen, appelée en français Aix-la-Chapelle, est une ville frontalière historiquement réputée pour le siège du pouvoir de Charlemagne, fondateur du IXe siècle et souverain du Saint Empire romain germanique, à l'idée de laquelle est fondée l'unité de l'Europe et que le projet de l'UE tente de faire revivre.

Le problème, cependant, est que le nouveau traité d'Aachen est techniquement un traité privé qui, en tant que tel, enfreint ironiquement les règles de l'Union européenne, qui stipulent que les traités doivent être approuvés et signés par tous les membres der l'Union. Ainsi, paradoxalement, bien que destiné à sauver l'UE en déroute, il constitue le symptôme de  son éclatement accéléré.  Le journal L'Express a réagi avec le titre suivant:
«L'autodestruction de l'UE: le traité de Macron et de Merkel menace de déchirer l'Union alors que Tusk laisse faire.»(2)

Il déclare l'intention de la France et de l'Allemagne (seulement) de coopérer dans divers domaines, notamment la politique étrangère, l'économie, les transports et les questions humanitaires, et - chose la plus douteuse - à la création d'une armée commune européenne, dont Mme Merkel a déclaré qu'elle ne serait pas une contrepartie à l'OTAN mais seulement  un complément. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, la France s'est également engagée, dans ce traité,  à aider l'Allemagne à obtenir le même statut que le sien.

 Il sera donc difficile de concilier l'enthousiasme de la France au cours de la dernière décennie à utiliser sa force armée contre des nations étrangères - notamment en participant à la destruction de la Libye par l'OTAN en 2011 et en envoyant des troupes au Mali - avec la réticence de l'Allemagne, pour des raisons historiques, à s'engager dans un tel aventurisme mondial, mis à part, bien sûr, son implication militaire significative dans le bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN en 1999.

 
L'Allemagne n'a pas participé aux tirs de missiles américains illégaux sur la Syrie, n'a pas envoyé de troupes en Libye en 2011 et a interdit les ventes d'armes à l'Arabie saoudite après l'assassinat du le journaliste dissident Jamal Khashoggi.

Panique à Bruxelles :

Ce nouveau traité d'Aix la Chapelle n'a en réalité que peu de choses à voir, même rien du tout, avec les relations franco-allemandes en tant que telles, qui sont bonnes. Il s'agit plutôt  d'une réaction de panique de la part de l'élite bruxelloise pour soutenir la domination de l'Allemagne et de la France comme un tout au sein de l'UE, face à la rapide croissance du populisme et du nationalisme à travers l'UE, du fait du Brexit, de la violence anti-Macron du mouvement des Gilets jaunes et du fait que l'Italie, la Hongrie et la Pologne ne jouent pas le jeu de l'UE comme le voudrait Bruxelles.
Macron a qualifié la signature du traité d'Aix-la-Chapelle de "nouvelle" responsabilité franco-allemande pour l'Europe, qui donnerait à l'UE les outils nécessaires à sa souveraineté globale en matière de défense, de sécurité, d'espace, de migration, d'environnement, etc. mais, alors qu'il sortait du bâtiment après la signature du Traité, les Gilets jaunes lui criaient des injures et exigeaient sa démission.

La principale préoccupation de Bruxelles est le nouvel axe de Rome-Varsovie qui a maintenant vu le jour et qui, selon le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, est capable d'assumer ses responsabilités vis-à-vis de l'axe défaillant franco-allemand et de la gouvernance de l'UE. Le traité d'Aix-la-Chapelle est une réponse de Macron et de Merkel qui pointent la lutte contre ceux que le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, a accusés de vouloir que le projet européen échoue:

«Je le dirai sans ambages: aujourd'hui, l'Europe a besoin d'un signal clair venant de Paris et de Berlin, montrant que renforcer la coopération dans de petits formats n'est pas une alternative à la coopération de toute l'Europe. »


Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, reste également désespérément attaché à la coopération franco-allemande en tant que seul véritable champion de l'avenir de l'Europe.

Il est symbolique que la signature du Traité d'Aix-la-Chapelle s'est accompagnée des hymnes nationaux européen, allemand et français à l'exclusion de tous les autres. La colère contre le traité d'Aix la Chapelle s'est développée dans toute l'UE, y compris en France et en Allemagne. Marine Le Pen, présidente du parti du Rassemblement National a averti:
"En signant ce pacte, Emmanuel Macron commet une trahison".(3)
En Allemagne, le parti « Alternative für Deutschland » a déclaré que le Traité d'Aix la Chapelle portait atteinte à la souveraineté allemande.


L'UE se sépare en deux :

De façon plus significative, l'unité de l'UE est à présent menacée par un vaste conflit interne entre l'axe franco-allemand et le futur axe Rome-Varsovie, dans lequel le nouveau gouvernement italien eurosceptique joue un rôle majeur. L'Italie construit un axe anti-UE (4).

Le vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, a déploré le fait que l'Europe se soit habituée à être dirigée par la France et l'Allemagne. Il cherche un nouvel équilibre et appelle à un changement radical, en annonçant: "La Pologne et l'Italie seront les protagonistes de ce nouveau Printemps européen"(5). Sa dernière salve dans sa querelle avec Paris a été renvoyée sur Facebook, notamment son espoir que les Français les citoyens saisiraient l'occasion des élections au Parlement européen du 26 mai 2019 pour se «débarrasser» du «terrible» leadership de Macron et «reprendre le contrôle de [leur] avenir, de leur destin et de leur fierté» (6).

Salvini a appelé les autres nationalistes à prendre part à une «renaissance des valeurs européennes» afin de mettre fin à «l'axe germano-français» dans l'UE. Dénonçant Macron comme "un produit inventé par les laboratoires pour faire obstacle à tout changement" et "un président qui est contre son peuple", il s'est tourné vers la question de l'immigration et l'a décrit comme un colonisateur: "Les gens quittent l'Afrique en partie parce que certains pays européens menés par la France n'ont jamais cessé d'être des colonisateurs. "Il a rappelé que l'Italie avait elle aussi des colonies, mais que la France n'a jamais lâché ses proies." Il existe des dizaines de pays africains dans lesquels la France imprime sa propre monnaie, le franc CFA, et avec cette monnaie, la dette publique française est financée. "

Le partenaire de la coalition de Salvini, Luigi Di Maio du Mouvement des cinq étoiles, a accusé les hommes politiques bruxellois d'être devenus "sourds aux besoins des citoyens qui ont été tenus à l'écart des décisions les plus importantes qui affectent le peuple" (7).

Par le Professeur Arthur Noble.


Notes de bas de pages.


Lien permanent

Partager :  

Note aux lecteurs du site

Pour apporter votre contribution ou suggérer un article, écrivez nous.


Chargement de l'article...        
Chargement de l'article...        
Chargement de l'article...        
Chargement de l'article...        
Chargement de l'article...        
Chargement de l'article...        
« Bienvenue ! La Direction de souverainete-france vous remercie de votre visite »
Site hébergé par SAS OVH - Code du site réalisé sous © et avec la collaboration de bénévoles sans outils web  -  pour navigateurs HTML5 IE, OPERA, Chrome et firefox (1024x768 minimum)
La direction a fait les démarches nécessaire pour toutes les autorisations de publications d'images et des textes. Merci de bien vouloir signaler toutes mentions de copyright © omises. Le site et concepteurs ne peuvent être responsables ni du contenu ni des avis éventuellement exposés

X

Mentions légales

Propriétaire du site Internet "souverainete-france":
Bernard Chalumeau - Membre fondateur "Alliance pour la souveraineté de la France" (loi 1901)
BP 20 - 77411 Claye Souilly

Propriété et hébergeur : - Le nom des domaines "souverainete-france" (org, fr, com) appartiennent à M.Bernard Chalumeau - Les sites sont hébergés par SAS OVH
Important: Les droits de propriété intellectuelle afférent aux sites "souverainete-france" appartiennent à Monsieur Bernard Chalumeau.
Toute utilisation, reproduction, diffusion, commercialisation, modification de toute ou partie du site, sans l’autorisation de l'Alliance pour la souveraineté de la France est prohibée et pourra entraînée des actions et poursuites judiciaires telles que notamment prévues par le code de la propriété intellectuelle et/ou le code civil.

Objet statutaire de l'Alliance pour la souveraineté de la France (J.O du 31/01/1998) : L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE est un cercle de réflexion politique, économique, culturelle et sociale.
Elle a notamment pour but de réunir et de coordonner l’action et la réflexion de ses membres, de contribuer au débat public par des études et des analyses, particulièrement par l’édition et/ou la réunion de textes de référence de ceux qui tiennent à l’indépendance nationale (législative, politique, institutionnelle, administrative, territoriale, militaire, diplomatique, énergétique, fiscale, patrimoniale, économique, monétaire, bancaire, industrielle, commerciale, agricole, écologique, numérique, culturelle, linguistique, sociale, et autres), au respect de la souveraineté de la France qui est « une, indivisible, inaliénable et imprescriptible » et du principe de la compétence de la compétence.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE propose des alternatives à toute démarche, à tout traité, à tout acte, projeté ou existant, qui contreviendrait à ces principes au sens des membres de l’association, ou à ceux de la Constitution de la Vème République approuvée par référendum, norme suprême du peuple français, étant entendu que tout texte adopté par le biais d’un référendum ne peut être modifié ou abrogé que par référendum.
L’ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETE DE LA FRANCE a vocation à conduire sa réflexion et son action tant au plan national qu’international.
Elle promeut l’unité de la Nation française, de son identité et de sa culture, et la pérennité des français en tant que peuple, par le respect de la protection universelle de tout humain.
Elle diffuse les résultats de ses réflexions à la population ainsi qu’aux décideurs, y compris politiques, par tous moyens de communication usuels, sans restriction, et notamment par le biais de son site Internet.
Elle agit par ses propres moyens et par ceux des associations adhérentes.

Note concernant les cookies:
Ce site utilise les cookies pour son bon fonctionnement. Pour en savoir plus
Toute données enregistrées lors d'une adhésion dont @ip sont traitées en toute confidentialité avec droit de consultation/rectification par l'intéressé


X

Soutenez l'Alliance par un don


* Cliquez sur l'image PayPal *


 
Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. Pour continuer à naviguer sur le site, acceptez les cookies